langleur.marc@bbox.fr

  • Warning: Use of undefined constant ‘Instagram’ - assumed '‘Instagram’' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/customer/www/langleur.com/public_html/wp-content/themes/Divi-Child/includes/social_icons.php on line 41
    ‘Instagram’
Article 0

LE Diodon

 

Test dans les eaux des calanques de Marseille d’un système révolutionnaire d’équilibrage : le Diodon !

Plongées réalisées dans le port de la pointe Rouge à Marseille puis, sur l’épave du Chaouen au phare du Planier, en compagnie de Jorge Perez. Après avoir équipé le bloc (moins d’une minute, comme une stab), je me jette à l’eau. Aucun problème pour se maintenir en surface, le Diodon était préalablement gonflé évidemment. Je purge grâce à la grosse molette, et arrivé à 3m, je m’équilibre. Un petit check avec Jorge mon binôme (pression des blocs, instruments…) et nous attaquons la descente. Un petit stop à 20 m pour voir… L’équilibre est parfait sans que je touche à quoi que ce soit. Nous continuons la descente « au sable », je suis équilibré en permanence, sans que je fasse… rien !

 

Dans les eaux du port de la Pointe rouge à Marseille…
© Erwan Savin

Sur l’épave du Chaouen…
© Jorge Perez

Au centre Atoll Plongée…
© Francis Le Guen

Le Diodon monté sur la bouteille…
© Francis Le Guen

C’est presque magique, le Diodon est très aérodynamique, même gonflé , il dépasse à peine sur les côtés, ce qui fait qu’on retrouve les sensations d’antan, lorsque justement nous n’avions pas de stab, des sensations d’aisance, dans n’importe quelle position, aisance dans les mouvements, le déplacement, et l’équilibre bien sûr.

Au plus profond, vers 32-33 m, nous avions convenus un exercice de remontée assistée, je fais le signe conventionnel à Jorge « je vais pas bien », il me saisit et entame la remontée jusqu’à 20m…

Comme prévu, la purge du Diodon fonctionne à merveille, un chapelet de bulle s’échappe dés la remontée.

Arrivés à 20 m, Jorge me lâche et là… ben rien, je suis en parfait équilibre encore une fois, sans rien manipuler : magique je vous dit ! Je ne monte ni ne descends ! Pour les mauvais esprits (si, si, il y en a) l’inventeur a prévu une purge d’urgence « au cas où » : un petit bouton au centre de la molette, que j’ai testé également, très efficace.

Nous continuons l’explo de l’épave, je m’amuse comme un fou, je prends beaucoup de plaisir à évoluer avec ce drôle d’engin, les plongeurs que nous croisons sur le parcours ont un temps d’arrêt pour scruter ce curieux gilet. Au bout d’une heure nous remontons.

Avec le mélange fond Nitrox que j’avais préparé nous n’avons pas de paliers, mais je stoppe à 3m pendant 3 mn, pour voir si le Diodon tient toutes ses promesses… Evidemment qu’il les tient, je ne perce pas, pas de remontée intempestive. Au niveau conso , aucun changement, j’ai la même que mon binôme Jorge et nous sortons avec la même pression

Sur le bateau, du fait de la forme de l’appareil qui épouse le bloc, le Diodon ne prend aucune place. La version d’essai qui était entre mes mains pèse 6 kg, une autre version plus légère existe. C’est un engin parfaitement adapté à la plongée loisir, sans prise de tête et le mot qui m’est venu à l’esprit suite à ce 2eme essai : Gé-nial !

Deux articles lui ont été consacrés sur le BloGuen : Diodon, la bouée universelle et le test profond.